Non, vous ne rêvez pas, ce site n'a pas la moindre trace de pub. La pub n'est pas une fatalité, juste un choix.

VERS LE BAS DE LA PAGE
M
I
R
L
I
T
O
N

Pluie
Je trainais mon ennui dans cet univers gris
La pluie, sans s'arrêter rythmait cette triste vie
Sur l'asphalte mouillé, des trous d'eau reluisants
S'irisaient au contact des traces de carburant
Des nuages bas et lourds, encombraient l'horizon
Qu'on percevait à peine, noyé dans le béton
Tout était gris et sombre, triste et désespérant
Sans espoir, sans avenir, sans intérêt, vraiment
Puis elle a débarqué un beau jour, dans ma vie
La pluie s'est arrêtée et tout s'est éclairci
Le soleil éclatant qu'elle avait amené
Asséchait le trottoir, désséchait la chaussée
Les gens et les objets qui paraissaient si plats
Se chargèrent soudain de plus de mille éclats
Rutilants et brillants de bien trop nombreux feux
J'étais pas habitué, ça m'a brulé les yeux
J'pouvais plus rien pour elle, alors elle est partie
Mais j'ai r'touvé la vue quand est r'venue la pluie.


Le bon bonze

PRECEDENT - SUIVANT


Pas de commentaire.



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Épinal, on est mal
- Ah dis peu...
- La mort du petit cheval
- Champêtre
- Vert botten
- Pôle Nord
- Contine
- Poème d'amour
- Innocence
- Gnafron 1°
- Le gourou
- La fête de la musique
- Bluette de zanzibar
- Confesse
- Bon vent !
- Le sale air de la peur
- Mi-ami vice
- Juliette
- Le pigeon
- Bourreau des coeurs, bourin des culs
- Cyrano
- Mammaire
- Zeste de Citron
- Dans son lit
- Obnubilé
- Cantique des canthus
- Prunelle
- entropie
- Lucy...dité
- La poésie c'est chiant
- La création d’Eve
- Obsession
- Jupette
- Ostensible !
- Sylvestre
- Bignole
- Épluchures
- L'érudit bonobo
- Vladimir
- Seul
- La farce du dindon
- Le bigorneaudier
- La pêche aux moules
- Thon triste
- Glass blues
- Boufioles
- Epique
- Râteau
- Pluie
- Pub banque

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 4670 fois.