Non! non c'est bien plus beau lorsque c'est inutile.(E.Rostand - Cyrano de Bergerac).

VERS LE BAS DE LA PAGE
M
I
R
L
I
T
O
N

Cagnard
Dans cette ville balnéaire, sous une chaleur torride
Sous un soleil de plomb, la mer sans une ride
Pas un souffle de vent, pas un seul courant d'air
Le macadam fondait, dans cette chaleur d'enfer
Alors que tout le monde recherchait partout l'ombre
Sur la place se tenait un type en costume sombre
Sans sembler se soucier de l'ardente fournaise
Tout le monde se traînait lui, il semblait à l'aise
Il est resté ainsi au moins un bon quart d'heure
Puis est monté dans l'bus, celui de quatorze heure
C'était curieuse vision que ce mec en cravate
Au milieu des tee-shirts des shorts et des savates
Sans être trop curieux, je me demandais bien
Que faisait ce costard parmi les maillots d'bain ?
Qui était donc ce type, resté là à se cuire ?
Le patron du bistrot à fini par m'instruire
Le type au costume sombre, c'était un percepteur
Ils sont sensibles à rien, même pas à la chaleur.


Le bon bonze

PRECEDENT - SUIVANT


Pas de commentaire.



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Épinal, on est mal
- Ah dis peu...
- La mort du petit cheval
- Champêtre
- Vert botten
- Pôle Nord
- Contine
- Poème d'amour
- Innocence
- Gnafron 1°
- Le gourou
- La fête de la musique
- Bluette de zanzibar
- Confesse
- Bon vent !
- Le sale air de la peur
- Mi-ami vice
- Juliette
- Le pigeon
- Bourreau des coeurs, bourin des culs
- Cyrano
- Mammaire
- Zeste de Citron
- Dans son lit
- Obnubilé
- Cantique des canthus
- Prunelle
- entropie
- Lucy...dité
- La poésie c'est chiant
- La création d’Eve
- Obsession
- Jupette
- Ostensible !
- Sylvestre
- Bignole
- Épluchures
- L'érudit bonobo
- Vladimir
- Seul
- La farce du dindon
- Le bigorneaudier
- La pêche aux moules
- Thon triste
- Glass blues
- Boufioles
- Epique
- Râteau
- Pluie
- Pub banque

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 4464 fois.