Humour et dérision à tous les étages. Maison fondée au siècle dernier.

VERS LE BAS DE LA PAGE
M
A
R
C
E
L

Entendons nous bien !
ENTENDONS NOUS BIEN,
Je suis jeune,
Je suis dans la merde,
Bien entendu, c'est de ma faute,
Je suis un branleur,
J'ai voté non,
Et j'ai visé Bruxelles et Strasbourg,
Pas Chirac,
Et monsieur Barre me dit
Que je suis la France du passé - OK je prends ma retraite, démerdez-vous !!
C'est vrai qu'il est de première jeunesse.
Décidément je suis con, je suis trop bête pour comprendre,
Mener moi au près, chacun sa merde, je vote plus.
Ben, ouais, et eux, ils ont toujours rien compris...

DOMMAGE,
Pour moi,
Pour la France,
Pour l'Europe,
Dans l'ordre.

Et, bien sur, j'ai peur de tout, de tout le MONDE, j'ai peur de mon ombre.
Bien entendu, je suis le gaulois irréductible dans son village (écrit avant d'avoir lu le véner' dont je parle sur le défouloir)...
Ouais, tout ça, et je vous emmerde (putain, ça c'est constructif - NoteDeLaPetiteVoixDeMaConscience).

En France, on n'a pas de pétrole, on n'a plus d'idées mais il nous reste notre fierté (qui a dit mal placée ?)
C'est peut être con mais c'est comme ça. Et je sens bien qu'il y en a qui vont voir en cette (petite) fierté retrouvée (récemment pour moi et pour d'autres, face à certains mensonges récurrents) un indice de la xénophobie, du racisme et tant qu'on y est de l'antisémitisme de tout bon français, c'est bien connu tous pétainistes.

CE QUI EST AMUSANT avec le oui "de gauche", comme avec les militants de gauche que j'ai pu cotoyer bien avant cette campagne, c'est qu'ils t'expliquent en fait comment vivre en étant "pauvre" alors qu'eux même ne sont même pas un petit peu dans la merde (je me comprends), en fait dès que tu n'es pas d'accord avec leur idées toutes faites (idéologie fossilisée au XIXème avec Marx et son capital comme bible et évangile selon saint Lénine), il te traite de petit bourgeois (m'en fous, de manière scientifique à la marxienne, je le suis), voire de Lumpen Prolétariat rebaptisé par eux "LePen Prolétariat" (ça j'avoue ça me fait rire). Dommage pour eux mais leur base populaire est réellement parti vers le borgne ou vers le désenchantement du non vote.
Je crois que je m'égare...
Donc, ils m'expliquent que comme le TCE (je l'appelle par son petit nom) est bon pour eux, donc bon pour l'Europe, donc bon pour la France, donc bon pour moi, dans l'ordre. A partir du moment où je SENS (puisque je ne sais pas PENSER) que ce qui est bon pour eux fait mon malheur, je ferais tout pour que ça change. Si je vois que ce qui fait ton bonheur fait mon malheur, ne t'attends pas à ce que je le prenne bien et que je ne fasse rien.

CONCLUSION
Je n'ai surement rien compris, ils (ceux qui décident et agissent pour moi - non pas que je ne VEUILLE pas agir, mais, j'ai l'impression, qu'on fait tout pour que je ne puisse pas agir, avec des barrières, des propagandes, des destructions mentales (idée encore à approfondir dans mes délires, mais dont un mot peut résumer le contenu, le doute, le doute de toi, des autres) Parano ? Surement).
Incompréhension totale de part et d'autre, secession culturelle, sociale et vitale (dans le sens de la vie qu'on a absolument pas en commun, on ne vit pas les même choses).

POUR UNE FOIS JE VAIS ESSAYER D'ETRE CONSTRUCTIF,
et de rassembler l'aboutissement de quelques réflexions personnelles qui j'espères seront constructives (ouais d'accord c'est pas du think tank du pentagone, mais moi, j'ai pas les infos de la dst, dgse, cia, mi5 ou kgb, hein, prenez cela comme... Du bon sens peut être.).

On nous dit qu'il faut dégraisser l'état et la fonction publique. D'accord, pourquoi pas, j'imagine que c'est possible. Mais
pourquoi s'attaquer à la partie "service public" qui rend service aux gens (facteurs, profs, DDE, les hommes du téléphones). Pourquoi ne pas tailler chez les hauts-fonctionnaires, les penseurs sans idées et parfois sans courage puisque dans l'ombre, qui sont surement payés plus qu'un facteur mais à mon avis sont moins utiles (arghh... populisme, démagogie, boulangisme vont crié certains, peut être les mêmes que je propose de tailler en pointe).

Dans le défouloir, je m'interroger sur la suppression de la démocratie. En fait c'est déjà fait, à mon sens, à travers la représentativité. Celle des hommes politiques de gauche comme de droite est caduque, et je dirais presque celles des élites européennes itou. Qu'est ce que la représentativité ? En fait on élit un homme politique pour qu'il représente NOS aspirations, NOS idées (pour peu qu'on en aient), je dirais même NOS IDEAUX (oui, l'idéal c'est pas bien aujourd'hui, et encore je ne dis pas comme les utopistes qu'il faut que l'idéal se réalise sur la terre, dans le réel, mais celui ci reste quand même, un guide, une boussole), hors il n'y a plus d'idéal - même pas l'alter(anti)mondialisme qui n'est juste que la concaténation de souhaits aussi divers que variés et contradictoires parfois - donc navigation à vue au gré des tempètes.
Donc les hommes politiques ne nous représentent plus, ils se font élire sur des promesses(qu'ils ne tiendront probablement pas), de la démagogie (donc dès le début, ils donnent leur vision, soit tu prends soit tu fermes ta gueule et tu va voir ailleurs un autre camelot), puis n'en font qu'à leur tête.
Bon, alors ils sont en place, ils cogitent entre eux puis ils redescendent leur petite mixture (intérieure et européenne voir le TCE) pour nous la faire avaler. Voire nous la faire gober ou nous gaver comme des oies (aprés les moutons, les oies, le coq gaulois, la France est une vraie basse cours).
CQFD.
Elections, piège à con ?

Entendu quelque part. Faut-il faciliter les licenciement pour faciliter l'embauche ? Je ne sais pas...
C'est à dire, mais ça nous le savions déjà, ne plus rêver à une entreprise sur toute sa vie, sauf cas exceptionnel. Ce qui est amusant, c'est que de mon expérience, il y a des employeurs qui ne vous embauche pas, non pas par peur de ne pas pouvoir vous virer, mais parce qu'ils ont peur que vous vous barriez parce que vous trouvez mieux ailleurs. La peur semble être partout et paralyser tout le monde.
La fameuse peur, qu'on attribue au français frileux arc-bouté sur ces "acquis sociaux" rebaptisé par quelques connards adeptes du parachute en or "privilèges", est chez les employeurs aussi. C'est quelque part amusant.
Dans la droite ligne de cela, les seuls qui pourraient embaucher (en tout cas dans mon coin) sont ceux appelé (je le découvre) les TPE (très petites entreprises, moins de quatre salariés, soit les artisans), c'est à eux qu'ils faut, à mon avis, faire des ristournes sur les charges [si ristourne sur les charges ils doit y avoir - car rappellez vous qu'en plus de la peur des employeurs (que je sois un cégétiste jusqueboutiste - véridique, il parait que mon CV fait de moi un gauchiste bouffeur de patron, ils doivent avoir madame Irma comme DRH, c'est pas possible - peur de ne pas pouvoir me virer), je coute trop cher par rapport (et oui) aux chinois (délocalisations), mais aussi aux plombier polonais et aux sous traitant portugais (ah, xénophobie populaire française quand tu nous tiens.] plutot que des cadeaux aux multinationales qui n'en ont pas besoin.

La gauche et la droite bloqué au XIXème siècle
ou la gauche et la droite existe-t-elle encore ?
Je veux bien qu'on se base sur Marx et le socialisme (au sens large) pour les "luttes" sociales mais qu'on n'en fasse pas non plus un évangile, un catéchisme, dont rien ne doit évoluer.
Et Madelin et les libéraux (en tout cas ceux que j'entends et lis, je ne connais pas tout) qui veulent juste importer les USA ici au mépris de la culture et des rituels typiquement français (oui, rituels, nous en avons aussi, ce n'est pas réservé aux "sauvages" dont sont tellement amoureux nos exotistes qui méprisent leur propre pays - c'était un message personnel aux apprentis ethnologues et routards adeptes de c'est mieux ailleurs surtout quand c'est pauvres, ils ont encore le sens du contact. Mais je m'égare à nouveau.)

La confiance ? Il n'y en a pas !
Dans la logique, si nous avions confiance dans nos élites politiques, nous les élirions et les laisserions travailler. Car ils sont dans le cambouis du moteur, ils connaissent, j'espère, ce qui est leur métier, tandis que nous, nous ne connaissons pas le fonds des dossiers (pas qu'on est trop con, mais chacun son boulot, merde, on à autre chose à foutre nous, en l'occurence, notre travail, ou notre recherche de travail, ou la réflexion enfin quoi...). Par exemple je me vois mal aller emmerder mon mécano qui répare ma bagnole, parce que justement je m'y connais très peu en mécanique, donc je lui fait confiance (et encore pas à tous). Par contre, nous n'avons plus confiance en nos hommes politiques (à mon avis à raison) donc nous sommes obligés EN PLUS de nous occuper de nos problèmes, de nous occuper minutieusement de la vie politique, voire de leur dire (même s'il n'écoute pas) ce qu'ils faut faire. En fait nous les surveillons pour voir s'ils ne nous enflent pas dans les grandes largeurs (nous faisons - en plus de notre boulot pour certains - les inspecteurs des travaux finis ou les commissaires du peuple selon chaque sensibilités...)

Bon, j'arrete là, je m'embrouille, mais si ça ne m'emmerde pas trop, et que ça m'interesse toujours dans deux jours, j'essayerais de voir deux sujets qui me semblent interessant :

Social vs Libéral
et
Productivité, stress et chomage
Je verrais comment je me démerde avec ça ;-)

Tshaw

PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
bonbonze à écrit:
"Pourquoi ne pas tailler chez les hauts-fonctionnaires, les penseurs sans idées"
Luc Ferry, ex-ministre de l'éducation, pour qui Raffarin a créé, à titre de lot de consolation, un fantomatique Conseil d'analyse de la société, a eu droit à son cadeau: par décret du 23 mai, il s'est vu allouer 1800 euros par mois au titre d'indemnité de fonction. (Le enchainé du 1 juin 2005)
C'est pas pour demain, Marcel...
_______________________________________________
Marcel à écrit:
C'est beau la solidarité des "élites"...
Eh, moi je veux bien analyser la société pour 1800 € par mois...

Tiens ça me file un coup de cafard...
Où c'est que j'ai mis mon cocktail molotov ?

Sinon, je me dis, que je dois faire "contre mauvaise fortune, bon " mais c'est pas facile ;-)
_______________________________________________
cigale à écrit:
De toute façon les Pays Bas ont suivi... ils ont même fait mieux ;o)

Merci pour ce brin de lecture, j'aime beaucoup les idéaux de ta conclusion...
A quand le bonbonzeland?
As-tu déjà prévu une date pour la création de ton état... ainsi que les modalités de naturalisation?
_______________________________________________
bonbonze à écrit:
ça ressemblerait beaucoup trop au Groland pour être viable, le Bonzeland.
_______________________________________________
cigale à écrit:
Au moins, avec un dictateur comme toi, on rigolerait bien
_______________________________________________
bonbonze à écrit:
Je peux pas faire dictateur, je me fous de tout et je ne me prend pas au sérieux, tout le contraire du profil du poste.
_______________________________________________
cigale à écrit:
Euh, le profil autorise que l'on se foute de tout... il suffit de ne pas le montrer. c'est tout.

Si les politiciens étaient concernés par nos problèmes, cela se saurait.
_______________________________________________
dictionaric à écrit:
Marcel ! T'es sûrement un mec gentil mais qu'est-ce que tu es long !
J'ai eu l'impression de lire Guerre et Paix de Tolstoï ou même le paquet de texte de la Constitution qu'on nous a envoyé.
Moi je confirme bien que j'ai voté OUI et que je trouve con de s'attaquer à une idée. Cette constitution est comme toute les constitutions, elle est réformable. Pour rappel, nous sommes sous la Vième république et notre constitution n'est pas la première ni la dernière.
Au vu des résultats je crois que même si Chirac avait eu le courage de démissionner ou simplement de dissoudre, la droite aurait été capable de se faire réélire contrairement à 1997 tellement c'est devenu le bordel à gauche...
On se croirait revenu à l'époque de l'union de la gauche qui n'a généré qu'un seul résultat, celui de se récolter un fumier en 1981 comme président. Moins social que Mitterand tu meures !
On est dans une sacrée merde maintenant avec votre NON à la gomme !
_______________________________________________
evariste à écrit:
Personnellement, je préfère marcher dans une merde qui sent la merde, plutôt que dans une merde qui sent la lavande artificielle. Outre la sentation de glissade, cette odeur franche m'informe sur sa nature: je sais où j'ai mis le pied. Alors je m'arrête en nommant la chose, je nettoie ma chaussure, et je repars en faisant un peu plus attention.
_______________________________________________
Marcel à écrit:
Dictionnaric : ben ouais je suis long, que veux tu, j'ai pas lu guerre et paix... Enfin, si c'est trop long, tu zappes, hein, je t'en voudrais pas

Pour la comparaison avec 81, je suis d'accord, maintenant on a l'union de la droite avec Galouzeau de Villepin et Sarko dans le même bateau (et nous dans la cale)... Ca promet de la rigolade... quand on tireras pas la langue.

Sinon, pour ton vote OUI, je ne t'en veux pas, tu es libre...

Là c'est le désordre le plus complet,
(en plus tu vas me reprocher d'être long sur la réponse - ceci dit si tu m'avais dit que j'avais été long pour pas grand chose, j'aurais compris l'idée mais là je vois pas trop...)
en votant NON, je ne m'attendais pas à ce que l'on renégocie tout de suite, car nous avons voté mais il en restait une quinzaine d'autres pays derrière, donc je n'attendais rien tout de suite au niveau de l'europe, et, de plus, je n'attendais et n'attends toujours rien du coté national. J'ai répondu à une question, point. Mon europe à moi sera celle des gens que je vois (oui région touristique ça aide), si depuis le vote, ils (les "estrangers") ne me lance pas des pierres dès qu'ils sauront que je suis français.

Sinon, de la gauche justement, Montebourg me plait bien, rapport à sa sixième république (c'est lui, non ?)

Question : si on ne s'attaque pas aux idées, alors on s'attaque aux gens ? Il me semble bien ressentir un tel frémissement dans la populace, mais je ne veux pas jouer les cassandre.

Et pour être précis, mon NON n'est ni un non de gauche, ni un non de droite puisque des arguments des deux camps m'ont paru interessants.

Pour évariste et dictionnaric : rapport à la merde, certes nous y sommes, mais soit j'ai le nez plus sensible que vous et je n'ai pas senti l'odeur lavande artificielle, soit, et c'est uniquement mon avis, nous y étions déjà avant, et c'est juste une prise de conscience (rapport à la glissade). Et puis rassurez vous, la merde, ça tient chaud.

ps : oui, je suis gentil, mais faut quand même pas abuser...

J'espère ne pas avoir été trop long, merci de votre attention.

Amicalement votre...
Marcel

_______________________________________________
evariste à écrit:
Ca m'apprendra à essayer de faire mon intéressant avec des images à la con. Je voulais précisément dire que cette crise européenne me semble être révélée par ce non tout autant qu'en résulter, et que ce traité m'est apparu comme un cosmétique.
_______________________________________________
bonbonze à écrit:
Dis donc M'sieur Dictionaric, j'aime pas ton ton. T'as le droit de voter "OUI", t'as le droit de le dire et d'expliquer pourquoi, mais tu viens pas cracher sur ceux qui pensent pas comme toi.
Alors le ton condescendant du donneur de leçon qui croit savoir, tu le gardes pour jouer les kékés au bistro du coin, mais pas ici
_______________________________________________
cigale à écrit:
du moment qu'il vient pas dans mon bistrot...
_______________________________________________
bonbonze à écrit:
Tiens ? C'est pas une salle de concert "la cigale"
_______________________________________________
nacha à écrit:
Hihi, il aime pas tonton !
_______________________________________________
bonbonze à écrit:
Ah si, je l'aimais bien Tonton, même si c'était une crapule, mais j'aime pas son ton au dictionaric
_______________________________________________
bellou à écrit:
Dictionaric n' a un fusil qu" à un (mauvais )coup.
_______________________________________________
Marcel à écrit:
Chère Cigale, merci du compliment, mais les idéaux de quelle conclusion apprécies-tu ? La conclusion "CONCLUSION", celle de la fin du texte ou celle que j'aime bien : "faire contre mauvaise fortune bon " ?
Désolé du retard pour la réponse à ton commentaire, mais j'avais un dictionnaric énervé sur le feu.

Cher Evariste nous sommes donc d'accord, le NON révèle la crise plus qu'il ne la crée. Oui, oui, oui nous sommes d'accord. (hola, pas dire oui trop fort, ils ont encore dans l'idée de nous faire revoter )
Ps : mon appendice olfactif vous présente toute ses excuses pour avoir parlé trop vite (oui, je parle du nez)
Bisous chère Cigale. (j'espère que vous êtes bien UNE cigale et pas UN grillon, sinon c'est un serrage de paluche viril )
_______________________________________________
Marcel à écrit:
J'avais dans l'idée de faire un addenda à mon texte mais je le ferais plus tard.
En plus je me duis gourré là au dessus dans l'ordre des phrases.

Tshaw

_______________________________________________
Marcel à écrit:
Bon, je les mets là, ou dans le texte du bonze sur la constitution, c'est dans le ton et puis ça évite de boucher le défouloir :
amusons nous avec les mauvais perdants du oui :
clique-ici
et
clique-ici

J'aime bien Adler, il est pugnace et il a quelques idées. Je répondrais volontiers à Glucksman que ce n'est pas de la liberté dont nous avons peur, mais la liberté tel qu'il la conçoit c'est la liberté d'exploiter son prochain, ou pour être imagé les grosses boites, entreprises, partis etc... les mains libres et moi (vous aussi rassurez-vous) les mains liées...

Les poings levés mais les poings liés...
L'infanterie sauvage.

Ecrit très fatigué à 4h du mat' un lundi matin.
Ils pourront gloser que c'est pas ainsi qu'on cherche du boulot.

Ps : entre parenthèse Attali a fait encore mieux que Glucksmann, il m'a (en tant qu'électeur du non) traité ni plus ni moins de nazi... Ben oui, du social nationalisme d'Attali au national-socialisme d'Adolf, y'a pas loin. Où alors il faudra qu'il m'explique la différence entre les deux parce que sinon je vois pas.

Bonne nuit
A plus

_______________________________________________
Marcel à écrit:
Allez encore un autre, puisque je suis chez le figaro :
clique-ici

Elle oublie (enfin, c'est pas la seule, aucun "estranger" ne semble comprendre ça) une chose, en France on ne réforme pas on explose tout (c'est con mais c'est comme ça)... Cad qu'on attends que ce soit tellement la merde qu'on étouffe et qu'on envoie tout bouler pour simplifier le probleme. Je fais pas d'apologie, je constate.

Et celui là pour les optimistes :
clique-ici
Vive le troc ?
_______________________________________________
Démento-crassie à écrit:
Quelques impressions sans envergure au fil de la lecture :
"ceux qui décident et agissent pour moi" et vagissent contre moi.

"je m'interroge sur la suppression de la démocratie. En fait c'est déjà fait, à mon sens, à travers la représentativité." Les députés auraient paraît-il voté à 90% pour le oui...

"Donc les hommes politiques ne nous représentent plus, ils se font élire sur des promesses(qu'ils ne tiendront probablement pas)" : "probablement" est une marque d'optimisme... (ou d'amnésie).

"ah, xénophobie populaire française quand tu nous tiens." Un patron français qui délocalise et flanque ses compatriotes au chômage est-il un Français ?

"si nous avions confiance dans nos élites politiques, nous les élirions et les laisserions travailler" : élite, après 30 ans de chômage endémique, est un mot qui n'a plus besoin des guillemets pour souligner son ironie.

"nous sommes obligés EN PLUS de nous occuper de nos problèmes, de nous occuper minutieusement de la vie politique, voire de leur dire (même s'il n'écoute pas) ce qu'ils faut faire" : n'est-ce pas ça, la démocratie ? Ces gens-là sont en principe à notre service, et pas nous au leur, à moins que je ne sois devnu (ou resté) couillon....
_______________________________________________
Démento-crassie à écrit:
Je rajoute un poème (inspiré par les Haïkus), intitulé
Paradoxe à la française:
"La France d'en bas, s'est assis' dessus,
C'est la Franc' d'en-haut qui l'a eu dans l'ku."
Aïe !

_______________________________________________
Marcel à écrit:
J'avoue Monsieur Démento, j'ai opté pour l'amnésie (rapport au probablement) voire même au déni de réalité. Ils n'existent plus pour moi, ils ne sont que créations virtuelles...
Bien à vous et à plus...
_______________________________________________
nono a écrit:
Salut marcel j'ai vu que tu avais mis un extrait de la chanson abbey routh des rats dans un de tes messages, je voudrais savoir si tu a la suite ça fait un moment que je les cherche.Merci mon mail noe.ponceblanc@hotmail.fr
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Le père Marcel ayant abandonné ce site depuis quelques années, je doute qu'il te réponde...



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Le psycho-test de Marcel
- RAD RAF RAS
- Big Sister a décidément de très beaux yeux.
- En attendant ducon
- La bataille de la cuvette des chiottes
- LES CHRONIQUES DE LA GUERRE DES SEXES
- Entendons nous bien !
- Conte de fée champêtre de printemps
- Pot pourri de pensées senteur orchidée
- De la pelouse dans le désert
- Tranche de vie
- Les aventures de Cro-Magnon et Crocs-Mignonnes
- Marcel pète les plombs et allume la lumière
- Marcel part en couille et reviens en stop ...
- En avant la zizique !!!
- Le punk-pèlerin
- Le cocotier de Grand Bassam, le Cube Maggi, ma petite salope en sucre, le con et le couillon
- Marcel et ses insultes - le retour I'LL BE BACK (dixit terminator)
- DES INSULTES ET DE LEUR BON USAGE

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 6502 fois.