Non, vous ne rêvez pas, ce site n'a pas la moindre trace de pub. La pub n'est pas une fatalité, juste un choix.

VERS LE BAS DE LA PAGE
K
I
K
O
O
L

RUPTURE
Hier, triste journée
J'avais décidé de te quitter
Je cherchais encore comment te l'annoncer
Au cinéma, au téléphone, dans un café
Ca ne pouvait plus continuer
J'aurais aimé, mais j'ai réalisé
Que l'amour est trop lourd, je ne peux pas le porter
Seul

J'avais bien trop vécu
Tous ces fardeaux, traînés dans les rues
Mon texte, je l'avais lu et relu
Je ne savais pas comment te l'annoncer, peur d'être trop cru
Peut-être avais-je simplement trop bu
Ton triste et vicieux jus
Qui me rend joyeux, ému
Mais en même temps qui m'abandonne, qui me tue
Seul

Et c'est à ce moment que tu m'appelas
Je fermais les yeux, je n'y croyais pas
Je ne voulais pas que ça se passe comme ça
Tu m'as poignardé de ton long coutelas
Tu as rompu avec moi
Ca devait être moi qui m'éloignait de toi
Maintenant tu me laisses, écroulé sur le matelas
Seul...


PRECEDENT - SUIVANT


Pas de commentaire.



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Sur la plage, sous les galets
- Dernières lueurs
- Rues tranquilles
- Ni chaud ni froid
- Il était une fois un conte de fées moderne
- L'été, c'est chiant.
- Le dernier métro
- Le placard
- Le chat du dimanche
- (ouvrez les guillemets)
- LE GRAND CHEMIN
- RENCONTRE
- PIECES
- TOI
- SDF PHILOSOPHE
- LA PLUME - A Caroline.
- RUPTURE
- RAYON DE SOLEIL
- INCOMPRÉHENSION
- MORT ANNONCÉE
- JOYEUX ANNIVERSAIRE
- MA RUE
- ACROSTICHE
- Le pou aime de l'esthète qu'il tête les essais de poèmes qu'on lui fait

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 4605 fois.